Team Arkema Lalou Multi : une année 2018 pleine d’ambitions

- Brève
Corporate - Sponsoring nautique
Après une année 2017 riche en émotions et en résultats (victoire sur la Transat Jacques Vabre, 6e place sur la Mini-Transat), la saison 2018 s’annonce dense et enthousiasmante pour le Team Arkema Lalou Multi : chantiers d’optimisation, réorganisation sportive de l’écurie, arrivée d’un nouveau skipper, et grandes attentes pour la Route du Rhum à la fin de l’année.

Le Multi50 Arkema révisé et optimisé

Rentré du Brésil par cargo à la suite de la victoire de Lalou Roucayrol et Alex Pella sur la Transat Jacques Vabre, le Multi50 Arkema est mis en chantier depuis la mi-février, à Port-Médoc.

« Il s’agissait d’abord de faire une grande vérification de l’état structurel du bateau et du vieillissement des matériaux. Nous n’avons rien trouvé de suspect, malgré les nouveaux efforts induits par les foils lors de la saison 2017. Notre Multi50 est sain au niveau de la structure, ce qui est rassurant pour la suite » explique Lalou.

Au-delà de cette inspection, ce chantier hivernal est également un moment propice pour optimiser le bateau, en évolution constante. L’accastillage et le gréement dormant ont fait l’objet d’un entretien d’envergure, de nouvelles voiles aux profils optimisés ont été adoptées, et la gestion énergétique a été améliorée grâce à l’installation de panneaux solaires et d’une éolienne pour fournir toute l’énergie nécessaire. À cela s’ajoute un nouveau système de rechargement plus rapide des batteries lithium à bord.

« On s’y retrouve en terme de poids et c’est un souhait légitime de la classe Multi50 que de favoriser les énergies renouvelables. Cela nous semble important d’impulser le mouvement » détaille Lalou sur ces modifications.

Dernier aspect de ce chantier d’hiver : l’évolution de l’électronique et de l’informatique embarquée. « Un aspect essentiel pour performer en solo », précise Lalou, puisqu’il s’agit de renforcer les acquisitions de données sur la centrale de navigation, ainsi que le pilote automatique. La remise à l’eau du Multi50 Arkema est prévue fin mars.

Cap sur le Route du Rhum

L’ensemble de ces optimisations permettront au Multi50 Arkema d’aborder la saison 2018 au maximum de son potentiel, avec en point d’orgue la Route du Rhum, dont le départ se fera à Saint-Malo le 4 novembre. Lalou a d’ailleurs déjà planifié des phases d’entraînement en solitaire pour s’y présenter en forme optimale et bien en phase avec sa machine exigeante.

Une écurie réorganisée

2018 s’accompagne de quelques changements au sein du Team Arkema Lalou Multi. Quentin Vlamynck, jusqu’à présent skipper du Mini 6.50 Arkema 3, prend du galon en devenant boat captain du Multi50, et donc « bras droit » de Lalou Roucayrol. « Mon nouveau rôle consiste à gérer tout le côté technique du bateau, l’entretien, les relations avec les fournisseurs... Bref, il s’agit de soulager l’esprit de Lalou », analyse Quentin.

Il naviguera également très souvent aux côtés de Lalou Roucayrol à l’occasion des convoyages et des entraînements en « faux solo », et en profitera pour monter en compétence sur le Multi50.

Quentin devra aussi gérer la passation du Mini 6.50 avec Raphaël Lutard, son nouveau skipper ! Originaire du Bassin d’Arcachon, à 22 ans Raphaël s’apprête à relever un sacré défi en découvrant la course au large en solitaire. Il a pour lui une solide expérience en Laser puis en Open 5.70 et une excellente connaissance du Mini, dont il a suivi la construction, et secondé Quentin Vlamynck à la Mini Transat en tant que préparateur.

« C’est un gros tournant pour moi et un saut dans l’inconnu. Je ne ressens pas de stress mais plutôt une excitation positive. Ce sera une belle découverte », s’enthousiasme Raphaël.

Sa première course aura lieu début avril, avec la Plastimo Lorient Mini 6.50 (250 milles en double, avec Quentin). Trois autres courses suivront, avant le point d’orgue de la saison 2018, Les Sables-Les Açores-Les Sables (2600 milles). L’an prochain, il relèvera le grand défi de la Mini Transat.

À noter que le Mini 6.50 est également en chantier, pour une révision complète et un entretien nécessaires sur ce laboratoire flottant. Un allégement global est effectué et les safrans sont repensés pour induire moins de traînée hydro. Il s’agit donc surtout de limiter les freins à la performance. La remise à l’eau est prévue d’ici fin mars. L’excitante saison 2018 est donc ouverte !

en
Contact